Millicourtage : fonctionnement, objectifs et avis

Millicourtage avis
4.7/5 - (3 votes)

‘’Milli’’ est un préfixe du système international qui divise par mille le contenu du mot avant lequel il est placé. Quant au ‘’courtage’’, il désigne l’action du courtier qui rapproche deux personnes dans le cadre d’un échange dont il tire une commission. Parler donc de millicourtage revient à évoquer une réduction au millième des frais de commission d’un coursier. Par ailleurs, c’est une méthode par laquelle une personne est rapprochée à son assurance.

Tandis que certains évoquent ces bienfaits, d’autres vocifèrent ses méfaits. De là, qu’est-ce que réellement le millicourtage ?

Que vise le millicourtage ?

Millicourtage étant une structure d’assurance, il a des objectifs dans les domaines financiers. Son premier objectif est de mettre en contact des personnes en quête d’assurance. Il vise également à octroyer une assurance à toutes personnes désireuses. Cependant, l’organisation tire profit via le compte bancaire de leur client. Ainsi quel est le mode fonctionnement du Millicourtage ?

Quel est le fonctionnement ?

Le mode fonctionnement de Millicourtage s’avère ambigu. Cependant, il est très mou. En effet, l’entreprise démarche votre assurance mutuelle. Il vous relit à votre mutuelle sans nul frais appliqué. Millicourtage entre en possession de votre Relevé d’Identité Bancaire (RIB). Il vous rassure de l’inexistence des frais qui sont censés être appliqués. Vous êtes dans ce cas persuadé et vous signez sans arrière-pensée le contrat.

Par contre, au bout de quelques mois, vous constaterez quelques anomalies. Effectivement, des frais d’assurance commenceront par être défalqués de votre compte. Une structure d’assurance/mutuelle avec laquelle vous n’aviez absolument rien à faire.

Ainsi est le mode fonctionnement de Millicourtage. Nombre de personnes sont contre ce mode de financement. Toutefois, certaines personnes l’encouragent. De là, quel est le statut professionnel de Millicourtage ?

Statut professionnel du millicourtage

Le statut professionnel de Millicourtage varie d’un individu à un autre. Déposée directement via une plateforme. Sa date de déposition est le 25 juillet 2019. Il a été déposé par UCR sous tutelle de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI PARIS). La marque d’origine française « millicourtage » fut publiée au Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle (BOPI) au nom du numéro 2019-33 du 16 août 2019.

Le déposant est de Millicourtage est l’UCR domicilié(e) 1 bis Boulevard faidherbe – 59400 – cambrai – France.

Lors de son dépôt, il a été fait appel à un mandataire, Madame Sydney Leclerc domicilié(e) 1 bis boulevard faidherbe – 59400 – cambrai – France.

La marque millicourtage a été enregistrée au Registre National des Marques (RNM) sous le numéro 4570838.

Millicourtage est une marque semi-figurative et déposée dans le rang des produits/services suivants :36.Millicourtage est soumise pour une durée de 10 ans. Il sera à terme de son expiration en le 25 juillet 2029.

Du point de vue de ses clients, Millicourtage serait une « arnaque ». Sur toutes plateformes, ses clients se plaignent d’un abus de confiance de droit. Il est alors vu comme une structure illégale qui n’offre que de services frauduleux. Des utilisateurs stipule qu’il a été conçu dans le cadre de les arnaquer. Face à ce profil contre-versé de Millicourtage, que fait-il faire ?

Que faire ?

Plusieurs démarches sont susceptibles d’être menées lors d’un contrat, contre votre volonté, par Millicourtage. Lorsque vous vous retrouvez en face d’une telle « arnaque », veuillez contacter immédiatement votre opérateur bancaire. Faites la demande d’une rupture de contrat.

Cependant, si le contrat n’est pas rompu, veuillez traduire le plus possible l’affaire à la justice. Le gouvernement étant au courant des différents abus de certaines organisations frauduleuses à l’instar de Millicourtage vous saura trouver raison.

D’ailleurs, cette affaire a déjà été mise en cause par le gouvernement. L’œuvre des assurances et des banques est surveillée rigoureusement par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR). Cependant, une partie de cette surveillance semble échapper à l’ACPR. C’est dans cette optique que l’autorité met en garde, cet été. Ceci, vis-à-vis de l’ampleur des fraudes qui ont été nouvellement signalées.

La fameuse « liste noire » de toutes les entités répertoriées qui ne sont pas autorisées à proposer des contrats d’assurance ; Des livrets d’épargne et autres crédits est mise à jour. La liste non prise en compte à enrichir ces récents exemples.

« L’Autorité souligne que plusieurs fraudes ont été portées à sa connaissance dans le secteur des cautions au profit d’entreprises de différents secteurs (travail temporaire, agences immobilières et syndics, agences de voyages notamment) ». Ainsi adressait l’ACPR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.