Pour ne pas céder au nanoblues (la dépression post-nanowrimo), les french_wrimos vont continuer à écrire en décembre et janvier mais cette fois-ci en groupe autour d’un cadavre exquis ! Tous les nanoteurs francophones sont les bienvenues pour participer à ce roman collaboratif et détonnant. Toutes les infos dans cet article ou sur le groupe facebook nanowrimo Paris ou sur le forum Paris.

Pour que tout le monde parte du même point, voici l’introduction du roman.

 

HISTOIRE de DEPART  

Par une nuit sans lune, un premier octobre, les conteurs des 4 points cardinaux se retrouvèrent au pied de l’infranchissable pont d’albâtre qui menait à Golgasfort, comme ils se l’étaient promis 10 ans auparavant.

La grande conteuse des histoires de l’esprit du Nord ne perdit pas un instant en salutation :

« Qu’avez-vous appris à propos du pays de Golgasfort ? «

Seules la soie de leurs capes bruissent.

« Ainsi les vents du Sud, de l’Est et de l’Ouest ne vous ont rien rapporté ? » Ajouta-t-elle.

La jeune conteuse des histoires terrifiante de l’Est murmura :’’ Mes vents de l’Est ont charrié des milliers d’histoires. De terribles histoires. Mais aucune ne commençait ni ne finissait pareil. »

« Nous ne sommes donc sur que d’une seule chose : que l’on ne peut être sur de rien lorsqu’il s’agit des secrets se cachant au de là de ce pont. » Conclua le charmant conteur des histoires du rire de l’Ouest en souriant.

Le triste conteur des histoires tendres du Sud laissa glisser son regard du volcan endormi jusqu’au pont vers Golgasfort : « Pourtant nous leur devons de réussir avant la fin de Samain. »

Le Nord s’asseya sur un tronc d’arbre et sortit de sa manche une plume et de l’encre. « Je crois qu’il faut que chacun de nous raconte tout ce qu’il sait quelqu’en soit la longueur ou l’étrangeté. »

Le sud après avoir sorti une tasse de thé de sa manche commença. »

 

Et l’histoire continue par une cinquantaine de nanoteurs …

C’est Adèle qui reprend ensuite la plume pour écrire les 1000 prochains mots de l’histoire dont voici les derniers mots du texte :

« Nous devons d’abord trouver un endroit où dormir » dit l’Est en déposant ses bagages sur le sol. Même habitués aux longues marches que leur métier de conteur leur imposait, tous étaient fatigués et meurtris aux pieds et au dos. « Ensuite nous pourrons commencer à chercher. »

%d blogueurs aiment cette page :